Marathon du Médoc - Boire ou courir ?

by - mercredi, septembre 20, 2017



Hello hello,

Rentrée et reprise du blabla running et sport sur ce blog, et on commence par un compte rendu de course. Pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agit du MARATHON DU MÉDOC.

Le marathon du Médoc c'est le genre de course que tu connais, que tu regardes de loin, qui te fait vaguement envie ou vaguement rire mais qui n'est pas vraiment en haut de ta liste de priorités. Je veux dire, un marathon ça n'est quand même pas rien, quitte à en faire un, autant en faire un qui à de la gueule: Paris, New York, Boston, Londres, Le Mont St Michel et j'en passe, la liste est longue.

Je connaissais de nom, et de réputation.
Quand tu dis à tes collègues que tu as déjà fait des marathons il y en a toujours un qui te dit "C'est combien de kilomètres ça déjà ? " et un autre " ah ouais, et tu connais la course avec des gens qui courent et qui picolent en même temps ? ".

Bref je n'y avait jamais songé mais quand Bio c Bon m'a proposé un dossard, je me suis dit " Mais j'ai tellement envie de le faire".

On a donc signé avec Maud, pour cette course à des années lumières du marathon de Paris et pourtant tellement mieux.

LE MARATHON DU MÉDOC C'EST QUOI ? 

Avant de vous raconter notre périple, serait peut être judicieux faire un petit point sur le concept de la course: Non c'est n'es pas juste un "truc avec des gens qui courent et qui picolent".
Premièrement le marathon du Médoc reste un marathon et c'est quand même 42, 195 km.
Deuxièmement c'est une institution puisqu'il existe depuis 33 ans, comme le marathon des Sables.
Troisièmement c'est quand même le marathon le plus long du monde donc inutile de vouloir taper un RP.

Vous l'aurez compris c'est une course festive et qui ne se prend pas au sérieux. On y retrouve l'ambiance trail mais pour une course sur route et ça fait du bien honnêtement.

Le principe c'est de courir à travers les châteaux du Médoc et passant notamment par st Julien, St Estèphe, Pauillac et Beychevelle.

Le paysage est magnifique, entre vignes, châteaux et route, avec du public partout et des ravitaillements tous les 2 km on ne voit clairement pas le temps passer.
Les dégustations de vin sont dispersées un peu partout sur le parcours en plus des ravitaillements d'eau et bouffe habituelle tous les 2 km, ce qui fait qu'il y a vraiment toujours quelque chose à regarder, boire ou manger à portée de main.

Les verres en dégustations, ne sont pas replis bien sûr c'est 2 gorgées à chaque fois, mais on peut quand même goûter (entre autres) du Lafite Rothschild plutôt pas dégueu.

Et puis il y a aussi les 5 derniers kilomètres où on peut se s'arrêter pour: des huitres, des glaces, des entrecôtes, des épis de maïs ou encore du vin cela va de soi....

Bon Ok vous vous dites WTF ? c'est quoi ce délire... mais ne vous inquiétez pas je vais vous raconter et vous aller foncer acheter un dossard.


Ah et oui aussi, la Règle Numéro 1 de ce marathon c'est d'être déguisé.


NOTRE MARATHON

Je n'ai tellement pas pris cette course au sérieux que je l'ai casé entre un retour du Japon et un marathon des sables... (sans commentaire)
Je ne faisais pas trop la maligne dans l'avion en pensant que j'allais devoir courir 42 km le surlendemain, mais j'étais partit du principe qu'au pire, je le finissais en marchant.

Avec Maud (@petit_goûter sur insta)  pour m'accompagner j'avais juste envie de passer un bon moment et papoter tranquilou, profiter du paysage et pourquoi pas goûter quelques vins, mais vraiment aucun chrono en tête.

La veille, je retrouve mes parents pour retirer les dossards, et faire un peu le tour des vignobles du coin histoire de déguster / acheter quelques bouteilles. Autant dire que ça n'est pas ce que j'ai l'habitude de faire une veille de marathon.
Mais à 22 h au lit après le traditionnel plat de pâtes.

Le matin RDV 8h30 avec l'équipe Bio c Bon pour faire la photo d'avant départ devant la maison du vin.
Puis on file rejoindre le départ: Pas de SAS, pas de prise de tête.

Quelques minutes avant de partir, un point technique s'impose:
"Tu as pris des gels toi ? de l'eau ? " "Non, rien du tout, on verra bien ce qu'il y a aux ravitaillements..."  Ok on sent l'organisation en béton.

Le thème pour ce 33 ème marathon du Médoc, c'est la musique. On patiente donc dans un SAS bondé de mecs déguisés en Claude François, ABBA, David Bowie, Elvis et j'en passe. L'ambiance est top, tout le monde est sympa, les gens se parlent, personne ne joue des coudes pour être tout devant histoire d'être sûr de pouvoir partir vite, et surtout, personne ne s'échauffe (je n'ai jamais compris le gens qui tapent des lignes droites avant un marathon).  C'est tellement détente qu'on en oublierait presque qu'on va courir, et courir longtemps.

Quand le départ est lancé on décide de trottiner et partir tranquille, s'arrêter vers 10 km pour une pause pipi dans les vignes (chose qu'on a oublié de faire) et boire quand on en aurait envie.

On laisse passer les premiers ravito parce que ça bouchonne pas mal et surtout, on se dit que si on commence à picoler au 2 ème km ça risque de mal finir.

Les km défilent assez vite, déjà 11 km quand je regarde ma montre la première fois. Heureusement il y a des ravitaillements en eau et trucs habituels (banane, orange, TUC, biscuits) tous les 2 km ! Pas besoin de sac avec poche à eau ni de se trimballer des gels ou barres sur cette course donc.

les kilomètres défilent et comme il faut choisir pour quelles dégustations on veut s'arrêter, on décide de sélectionner uniquement les vins servis en verre en verre et non en gobelets plastiques, gage de qualité apparement.

Au total je m'autorise 5 dégustations, ou peut être 6 ( 7 ?). Bizarrement ça passe plutôt bien, très bien même. Les doses sont tellement petites que c'est agréable sans être écoeurant.

On continue notre petit parcours en papotant jusqu'au 38 ème km où on se prend une énorme averse sur la tête. Le genre d'averse en mode déluge qui te fait stresser pour ton i phone qui prend l'eau. Heureusement ça passe très vite et finalement c'est rafraichissant, ça fait du bien aux cuisses qui commencent un peu à tirer.

On passe devant le ravito Huitres (ok va pour le vin, mais des huitres, sérieux ? ), côtelettes, épis de maïs, et on s'arrête quand même au ravito glace du 41 ème km qu'on attend depuis 10 bornes, puis on fonce pour la dernière ligne droite, glace dans une main, portable dans l'autre pour se mettre un peu de musique...

Quand je vois la ligne d'arrivée et le tapis rouge j'ai du mal à y croire, on vient de courir un marathon et on fini en sprintant avec une glace dans la main, c'est beaucoup trop improbable cette histoire. Je n'ai mal nul part.

On s'attrape la main pour finir ensemble et là... La joie, l'arrivée, la bouffée d'endorphines, nos proches qui nous attendent.

Je vous passe l'instant câlins bisounours, de meumeufs contentes d'être venues à bout de ces 42 km.

En plus de la médaille on reçoit un petite sac, une rose, un gobelet pour picoler encore un peu et surtout une bouteille dans une caisse en bois gravée Marathon du Médoc, meilleure récompense du monde.


POURQUOI FAIRE CETTE COURSE ? 


  • Le paysage: c'est vraiment incroyable
  • L'ambiance: c'est vraiment dingue 
  • Le vin et la bouffe: c'est vraiment drôle 
  • Le rapport qualité prix: dans les 90 euros avec une bouteille à presque 20 balles à l'arrivée et plein de bénévoles partout, T shirt, médaille et dégustations sur le parcours, ça vaut largement le prix comparé au Marathon de Paris
  • La période de l'année: Septembre - octobre c'est la meilleure période pour un marathon, normalement il ne fait ni trop chaud ni trop froid et ça permet de s'entrainer l'été pendant les vacances
  • Le parcours: plutôt très plat et roulant 
Je n'ai absolument aucun point négatif à signaler sur cette course, du retrait des dossards à l'arrivée, tout était parfait. 

You May Also Like

0 commentaires

CR Week End Running Belambra x FFA à Hyères

Hello, Aujourd'hui je vous propose un article compte rendu de mon week end running au club Belambra de Hyères du 21 au 23 octob...